Traversées n°73 à Albi en compagnie d’Abdellatif Laâbi et les littératures du Maghreb

trav 73-2

Abonnement:

4 numéros (Belgique) : 22,00 € (Etranger : 25,00 €)

1 numéro (Belgique) : 7,00 € (Etranger : 8,00 €)

à verser au compte bancaire n° 088.2136790.69 de Traversées, Faubourg d’Arival, 43 à 6760 VIRTON (Belgique)

(CODE IBAN : BE71 0882 1367 9069 – CODE BIC : GKCCBEBB)

Pour la France, il est préférable que vous envoyiez un chèque à l’adresse ci-dessous libellé au nom de “Colette HERMAN”.

Précisez le numéro à partir duquel l’abonnement doit prendre cours.

Ne pas oublier de mentionner : « TRAVERSEES A PARTIR DU N°… »

 

13 nov. 2014 : « Péguy écrivain »

Originally posted on Journées Charles Péguy:

Ecrivain

CONFÉRENCE : « Péguy, un écrivain à (re)découvrir »

Lieu : Bibliothèque municipale de Lyon Part-Dieu – 30 boulevard Vivier-Merle 69003 Lyon

Horaire : 14h00

Intervenante : Claire Daudin, écrivain, présidente de l’Amitié Charles Péguy. Elle a écrit plusieurs livres dont Comprendre Péguy (Editions Max Milo, 2013). Elle a dirigé la réédition des Œuvres poétiques et dramatiques de Péguy (coll. « La Pléiade », Gallimard, 2014)

Suivie d’une TABLE-RONDE : « Lire Péguy aujourd’hui »

– Claire Daudin, présidente de l’Amitié Charles Péguy
– Abraham Bengio, directeur général adj. de la région Rhône-Alpes
– Patrick Marçais, professeur de khâgne au Lycée du Parc
– Sarah Al-Matary, maître de conférences en littérature à Lyon 2
– Michel Béatrix, comédien
Modérateur : Olivier Péguy, journaliste

Infos pratiques : Entrée libre dans la limite des places disponibles // accès : cliquer ici.

RENCONTRE – DÉDICACE « Péguy à La Pléiade, par Claire Daudin »

Voir l'original 58 mots de plus

ALPHABET – De A à M : La Profusion du signe

lievenn:

PHILIPPE JAFFEUX, un des auteurs de Traversées!

Originally posted on Lectures au Coeur:

Poésie expérimentale de Philippe Jaffeux

Paru en juin 2014 aux Editions Passage d’encres, Collection Trace(s), 394 pages

*

Visuel_Alphabet_Jaffeux

Philippe Jaffeux, Alphabet – De A à M © Passage d’encres Editions, Collection Trace(s),2014

 *

SI VOUS AIMEZ la poésie et les textes novateurs, si vous aimezles auteurs qui ne craignent pas de jouer avec les mots,si vous aimez les signes, les codes secrets, la magie du verbe,alors vous aimerez sans doute Alphabet – De A à M de Philippe Jaffeux.

*

e- Notes : La lettre E, intitulée « Zen… », est composée de 26 cercles qui contiennent 26 phrases et autant de nombre. Les 676 Nombres sont devancés par trois points et suivi par 26 points de suspension. Le dernier cercle est dessiné en pointillé et la phrase finale se termine par un point d’exclamation qui annonce la lettre F.

- Précisions : Les 676…

Voir l'original 579 mots de plus

Hedwige Jeanmart, Blanès, Editions Gallimard-  RENTRÉE LITTÉRAIRE SEPTEMBRE 2014

 RENTRÉE LITTÉRAIRE SEPTEMBRE 2014

index

  • Hedwige Jeanmart, Blanès, Editions Gallimard, 18,50 €, 2014.

 

« Et si on allait à Blanès ? C’était mon idée. Je l’avais lancée le samedi 10 mars, vers onze heures, après mes deux cafés, consciente de ce que je disais et du fait que je le disais pour lui faire plaisir, sans soupçonner une seconde que cette phrase serait celle qui me ferait chuter tout au fond du gouffre. Pourtant des phrases, j’en ai dit ». Ainsi commence l’histoire de celle qui va devoir en ajouter encore afin de maîtriser sa descente aux enfers de ce qu’on nomme du mot valise : amour.

 

L’invention fictionnelle, son biais permettent une fabulation plus vraie que le réel. Elle montre comment l’initiation amoureuse peut virer au chaos. Le tout dans une tentation suicidaire d’un côté, stimulante de l’autre. Le roman permet à la fois de lutter contre l’effacement de ce qui tue et de s’insinuer dans un nécessaire renoncement. La maison des souvenirs est progressivement remplacée par celle de l’être une fois exposées circonstances et déconvenues. L’amour est donc mis à nu mais loin des poncifs sentimentaux ou romantiques. Il n’est plus ce qui règne en partage.

 

De fait le roman lorgne moins sur le passé qu’il ouvre (presque) des perspectives d’avenir même si à la fin on le retrouve tel un épouvantail fait pour repousser ses semblables plus que les oiseaux. Si bien que « Blanès »  possède une forme d’éternité dans un corpus froid, nerveux, rapide sans goualantes ni  volupté. L’auteur  joue entre ordre et désordre, relique et image impensée. Le lecteur se laisse emporter en une sensation de vertige pour la pure émergence. Rien d’autre pour tout dire sinon ce mouvement.  Se perçoivent des aveux : ils ne sont pas pour autant synonyme de confession. Hedwige Jeanmart sait  ce que valent leurs monnaies de singe. C’est pourquoi la romancière écrit non  pour supporter l’existence mais pour la soulever. Elle invente afin de corriger le temps plus ou moins revenant.

 

©Jean-Paul Gavard-Perret

Décapage # 51 – Flammarion Automne Hiver 2014

Cliquez sur l'image pour accéder au site de la revue

Cliquez sur l’image pour accéder au site de la revue

  • Décapage # 51 – Flammarion Automne Hiver 2014 ; (158 pages -15 €)

Constatant la difficulté de certains, férus de littérature, pour se procurer la revue Décapage, je viens faire le relais. Qu’y trouve-t-on? Un sommaire attractif.

Après le succès du dossier du n°50 consacré à Philippe Jaenada, c’est une rencontre avec Pierre Michon qui vous est offerte. En effet pour Décapage, revue pilotée par Jean-Baptiste Gendarme et ses acolytes, Pierre Michon a ouvert « les portes de sa maison de campagne et évoque des fétiches, ses amis, ses livres et son métier d’écrivain ». Beaucoup de photos accompagnent la visite. Parcourir son œuvre permet de combler ses lacunes. Un lecteur ne s’y est pas trompé, et de s’exclamer : « Mais comment avez-vous fait pour avoir Pierre Michon?? PIERRE MICHON !

Je ne sais pas si vos lecteurs mesurent bien la chose ! »

La thématique des souvenirs de prix littéraires , en cette période euphorique de course aux prix, donne à voir les coulisses des prix, les expériences de quelques primés ou celles des déçus, des refusés.

Pour les addicts de Twitter, Clément Bénech s’interroge sur sa présence sur Twitter mais décline maintes raisons d’y être, ne serait-ce que parce que « Décapage s’y trouve ». Quant à Claro, il démontre l’utilité des revues littéraires.

Benoît Duteurtre livre des bribes de son journal littéraire, confie ses angoisses avant une rentrée et dévoile « la source cachée » de son roman : L’ordinateur du paradis.

Jean-Baptiste Gendarme et Alban Perinet présentent de façon originale (en mots et

dessins) un de leurs coups de cœur (Nathalie Kuperman – La loi sauvage) sous forme de 12 vignettes identiques.

Sans oublier des nouvelles inédites, la rencontre express avec Frédéric Beigbeder

et bien d’autres surprises («  Portraits patates », lettre de Dominique Favre à son idole, interview imaginaire de Guy de Maupassant). Et le courrier des lecteurs.

Pour nous allécher, cerise sur le gâteau, la rédaction annonce pour 2015 des « collectors », avec les Panoplies littéraires autour de Riad Sattouf, Frédéric Beigbeder, Maylis de Kerangal. Et comme les annonceurs ne manquent pas d’humour, ils vous préviennent qu’ « il n’y en aura pas pour tout le monde. Alors abonnez-vous » !

Pour se procurer cette revue :

« Que vous habitiez en France, en Belgique, dans les Landes ou chez des amis »,

précise l’éditeur, vous avez les choix suivants :

Abonnement en ligne via Paypal sur le site de Décapage

http://revuedecapage.blogspot.fr

Abonnement:45€ pour trois numéros à adresser à :

Revue Décapage

1730 chemin de Bibemus

13100 Aix-en-Provence

Nadine Doyen

Les lectures de Patrick Joquel

 

La grande légende de Rama et Sita

Titre : La grande légende de Rama et Sita

Auteur Patrice Favaro

Illustratrice : Véronique Joffre

Editeur : Rue du Monde

Année de parution : 2010

Une magnifique légende fondatrice et donc universelle. Un conte qui met en scène le profond de l’humanité : la transmission, la jalousie, le désir, l’amour, la fraternité, la solidarité…

De splendides images aux couleurs indiennes accompagnent ce rêve et ce cheminement.

Tous les grands textes ne font pas de grands livres automatiquement, seul le génie et la tendre habileté des deux auteurs donnent ici toute sa fraîcheur au mythe.

Un beau livre.

Et en poésie

Georges Cathalo

Titre : Près des yeux près du cœur

Auteur Georges Cathalo

Illustrations d’Evelyne Bouvier

Editeur : La Renarde Rouge

ISBN : 979-10-92303-02-5

Année de parution : 2014

Prix : 15€

Tous les poèmes de ce livre ont pour titre un verbe à l’infinitif. Ces poèmes interrogent le secret, le caché ; ce que le poème débusque et saisit à pleines lettres. Tendrement. Car c’est bien du cœur que s’occupe la poésie. Ce qui bat, pulse et vit.

Questionner

quelle est la couleur du silence

quelle est la vitesse du feu

quel est le regard des questions

quel est le souffle des réponses

quelle est la question sans réponse

quelle est la réponse muette

et quelle est l’ombre du soleil

quand elle disparaît sous la nuit

Georges Cathalo

Près des yeux près du cœur

La Renarde Rouge

©Patrick Jocquel

www.patrick-joquel.com

Herman Van Rompuy – Haiku (Textes en quatre langues, dont une traduction en japonais de Mme Yoko Aono) Editions L’Harmattan

  • Herman Van Rompuy – Haiku (Textes en quatre langues, dont une traduction en japonais de Mme Yoko Aono) Editions L’Harmattan (117 p.).

Herman Van Rompuy publie son deuxième recueil de haïkus

Herman Van Rompuy publie son deuxième recueil de haïkus

« Le haïku est le reflet d’une ‘philosophie’ de la vie. Je crois qu’écrire des haïku nécessite une forme de sérénité, de sagesse, de renoncement de soi. En même temps , le fait même de les écrire renforce cette attitude générale dans la vie… » Le nom de l’auteur est connu du grand public depuis novembre 2009, date de son élection à la Présidence permanente du Conseil européen, la fin de son second mandat étant pour novembre 2014. On peut imaginer que les qualités qu’il décrit lui ont été utiles !

Le recueil présente quatre versions de chaque haïku, l’une en néerlandais, langue maternelle de l’auteur, accompagnée d’une version française et anglaise, avec en

regard la traduction en japonais par Mme Aono, professeur de français à l’Université de Tokyo, interprète et traducteur. Quatre sections se partagent les poèmes, à raison d’une dizaine par section en moyenne : saisons – moments – ici et ailleurs – en route.

Ce qui caractérise ces petits poèmes de 5/7/5 syllabes, dans le cas de Van Rompuy, c’est leur intime simplicité. Certes, le haiku, par force, suppose un art de l’hyper-économie des mots et mise tout sur la suggestion : chez les japonais, il a ses règles plus ou moins rigoureuses. Ici, les traits poétiques des haiku choisis sont fort éclectiques. Il y a le haiku au symbolisme digne d’un surimono d’Hiroshigué sur les canards mandarins (symboles du bonheur en couple) :

Deux canards sauvages

se posent sur mon étang

Ensemble à jamais

Mais aussi des conseils stratégiques discrets en des haïku parfaits tel que celui-ci :

Le nid dans la cime

si verdure ne le cache,

reste abandonné.

Certains, plus mystérieux, sont à comprendre dans le décor Belge et les événements historiques :

Gothique, en recueil

l’immémorial château fixe

nos affairements.

Ledit château, Val-Duchesse, avait accueilli le 12 novembre 2009 le groupe international Bilderberg, pour une réunion au cours de laquelle H. Van Rompuy avait exposé ses vues concernant l’Europe.

Je cesse les exemples ici, en insistant sur la diversité de ces mini-poèmes… qui touchent aussi bien à la vie quotidienne ou familiale. Un tel recueil, où la poésie est sans prétention et qui offre effectivement le reflet d’une sagesse à vivre que l’écriture à la fois restitue et encourage, se lit avec la même intime douceur et émotion que l’auteur y a su mettre.

©Xavier Bordes