Les Incontournables de 2 016 de Patrick Joquel

Les Incontournables de 2 016 de Patrick Joquel


patrick-joquel
http://www.patrick-joquel.com

Poésie


Titre : Dépaysés
Auteur : Alain Boudet
Illustrations : Marion Broca
Editeur : Soc et Foc
Année de parution : 2 016

Un nouveau recueil d’Alain Boudet. De la joie en perspective. On ouvre avec gourmandise et les images de Marion Broca accueillent le lecteur avec légèreté, douceur et sérénité. En écho à ces poèmes répartis en quatre parties.
Alain Boudet est un flâneur, à l’affût des petits bonheurs du jour. Il les contemple avec un sourire et les écris… ça parait si simple qu’on en oublie le travail d’écriture. De l’idée au poème, du temps et de l’énergie, de la méditation, des essais de mots jusqu’à ce que le poème fuse, étonne et réjouisse.
L’écriture renouvelle l’être et le monde alentour.

Toute cette joie de vivre reste attentive aux douleurs de vivre. Qu’elles soient proches ou lointaines. Le poète n’a pas que des cailloux lisses en poche pour jalonner son chemin de Petit Poucet rêveur dont l’auberge est à la Grande Ourse ; il a aussi des gravats. Ceux d’Alep, en ce qui concerne ce livre. Un poème sur une ville meurtrie ne la re construira pas, certes ; mais il témoigne d’une solidarité, d’une prise en compte. On vit avec ces échardes, qu’on le veuille ou non, les dire et les partager, ça compte bien quelque part, sinon à quoi bon ?
Un poème, ça compte bien quelque part, sinon et depuis le temps que les poèmes nous accompagnent ils se seraient évaporés.
*
Il peut bien peu
le temps qui passe
Nous avons du bleu
Il peut neiger
il peut faillir
affabuler s’affoler
s’affaiblir s’affaler
et falsifier le vent des rêves
Nous avons
nous avons du bleu
nous avons du bleu dans nos poches.
© Alain Boudet – Petite suite bleue pour Lila dépaysés soc et foc

http://www.soc-et-foc.com/CAT_detail.php?id=112&PHPSESSID=d19f0dbdc87e274124d5cf6c415a70f1
*
Titre : Lame de fond
Auteur : Marlène Tissot
Editeur : La Boucherie littéraire
Année de parution : 2 016
J’ai ouvert le livre et dès le premier texte j’ai été happé. Jusqu’au bout. Sans halte. Sans pause. Connivence des vécus même si chacun demeure unique bien sûr. Surprises régulières des phrases, des images, des sentiments. Je sais déjà que je lirai et relirai ces pages, histoire de savourer des moments comme celui-ci (il faut bien en choisir un pour cette chronique, ne pas tout dévoiler mais donner envie) :
La paupière grise du ciel. Le chant des baleines de parapluie. Le dos rond des frissons sous la caresse du pull. Ce petit surplus de douceur qui aide à franchir les jours de pluie. Ici, on parle de grain. Ailleurs de folie.

Ces bonds du langage sur les ressorts de sens des mots, ces sensations. C’est vivifiant. Comme cet air du large qui vient de l’Ouest sur le dos du gulf stream et qui baigne le livre. Marlène Tissot nous emmène à Cancale, avec elle, respirer les marées, de se renouer, à la recherche non d’un passé sclérosé, antiquité de musée aux souvenirs, mais d’un passé fondateur ; d’une de ses vies. Car nous vivons plusieurs vies et parfois le besoin de les rassembler nous taraude jusqu’à, comme ici, traverser la France pour remettre sa main dans la sienne.

Un livre autour de la perte, autour du voyage, pèlerinage géographique d’un retour à une des origines mais aussi quête intérieure.
Décidément ce nouvel éditeur La Boucherie littéraire surprend à chaque fois !
http://laboucherielitteraire.eklablog.fr/
*
Titre : poèmes taillés dans la pierre
Auteur : Patrick Dubost
Editeur : La Boucherie Littéraire
Année de parution : 2 016

Voilà une démarche d’écriture qui me plait, qu’il m’est arrivé d’expérimenter aussi. En résidence d’écriture dans la Chartreuse Notre-Dame-des-prés de Neuville-sous-Montreuil, Patrick Dubost se met en silence. Il entre dans le silence de la Chartreuse, le grand silence ! Il se met à l’écoute. De tous ses sens. Se pose ici ou là. Déambule dans les couloirs, le cloître… Il vibre. Il devient le point d’accueil de chaque pierre, chaque herbe, chaque animal de ce lieu poli par le temps. Il reçoit les chants évaporés au fil des liturgies, surprend les ombres cligner de l’œil.
Les mots se déposent sur le papier, comme un goutte à goutte dans les cavernes. La géographie du poème épouse aussi les lieux : poèmes triangulaires. La voix prend le temps de la résonnance des salles : des espaces où peuvent rouler les échos, s’installer des silences.
Le poème interroge à la fois l’espace et le temps du lieu comme l’espace et le temps de l’homme qui écrit.

Un livre à lire et à s’imprégner pour accompagner le jour au pas des vivants.
*

Titre : BBêtes
Auteur : Sophie Braganti
Dessins : Victor Lanneau
Editeur : Gros Textes
Année de parution : 2 016

Voici un bestiaire signé Sophie Braganti. Un bestiaire plutôt tourné vers les petites bêtes, les insectes y ont une grande place. Ils ont souvent des noms à titiller autant la langue que l’imaginaire et Sophie Braganti ne s’en lasse pas. Elle vole autour des mots, joue avec eux comme le moustique avec notre sommeil. Elle nous tire de notre léthargie de lecteur passif à grands coups de claques inventives, drôles et percutantes. On se dit après lecture que décidément la langue offre encore de belles Terra Incognita et il est bon que les poètes en soient les explorateurs insatiables.

Les dessins de Victor Lanneau sont d’une précision de toute beauté, envoutants. Souhaitons lui de rencontrer d’autres propositions chez le même éditeur ou d’autres…
http://grostextes.over-blog.com/
https://sophiebraganti.wordpress.com/
*
Titre : Quotidiennes pour lire
Auteur : Georges Cathalo
Editeur : La Porte
Année de parution : 2 016

Fidèle au format de ses quotidiennes, Georges Cathalo s’interroge ici sur ce qui pousse à lire, à lire et à lire encore… ce qui pousse à écrire, écrire et écrire encore… et sur ces mots mystérieux qui nous inventent, nous tiennent et nous révèlent. De petits bijoux ciselés sur ces thèmes et qui poussent à la réflexion. J’en verrai bien quelques-uns en poème affiche dans les bibliothèques ou autres lieux (et dans ce cas dans des lieux un peu incongrus pour un livre…).
Les éditions de la Porte 215 rue M.Bodhuin 02 000 Laon, tirent artisanalement à 200 ex. Un miracle, un bonheur et un indispensable. Merci à Yves Perrine.

*
Titre : Le chuchotis des mots
Auteur : Chantal Couliou
Illustratrice : Charlotte Berghman
Editeur : Les Carnets du Dessert de Lune
http://dessert-de-lune.123website.be/
Année de parution : 2 016

Un livre promenade. Des poèmes courts. Un plein d’images au fil de la lecture. On commence la ballade à l’école (Chantal Couliou est enseignante en primaire). Des instantanés de cour, de classe, d’émotions. Un regard plein d’empathie sur les enfants, plein d’humour sur les objets de la classe, les mouettes de la cour. C’est frais, apaisant et poignant.
On continue la promenade au bord de l’océan, à l’intérieur des terres. Une Bretagne que Chantal Couliou aime et qu’elle écrit à petites touches, à petits chuchotis. Puis on passe en ville. La ville aussi est vivante, comme l’école. Ce serait trop simple de ne trouver de la poésie que dans les vastes espaces naturels, non, Chantal s’applique à la dénicher au quotidien. A fixer sur le papier ces petites palpitations qui nous ramènent à l’essentiel, à ces petites haltes dans la course, ces brèves jubilations qui aèrent le cœur et l’esprit.
Lire Chantal Couliou, c’est apprendre à vivre sans bruit, à guetter le fragile, l’éphémère. Lire Chantal Couliou à l’école, c’est permettre aux enfants de découvrir qu’il existe un autre monde que celui des écrans et tout aussi, sinon plus, magique.
*
Titre : Sous les fleurs de la tapisserie
Auteur : Marlène Tissot
Illustrations : Somotho
Editeur : Editions Le Citron Gare
Année de parution : 2 013

Est-ce qu’on guérit un jour de son enfance ? De nombreux poètes écrivent ainsi pour dire, comprendre, apprivoiser et que sais-je les cicatrices indélébiles que tes mots ont autrefois laissé sous ma peau. Ici, c’est de la mère dont il s’agit.
Certains demeurent par moments ou tout le temps cet enfant blessé, terrorisé : j’ai sept ans pour l’éternité et je pleure des rivières.
Une manière de résister aussi au monde des grands qui fige les rêves.
Cette résistance au monde adulte et bien pensant on la suit de poème en poème. La lecture tient en équilibre sur un fil
C’est juste la frontière entre mon imagination  et la réalité qui devient de plus en plus mince.
On connait tous cela. On se reconnait alors dans ces brisures de miroir. Ces instants fugitifs où l’on s’échappe, où l’on croit que… où on est ailleurs et autrement que son petit bout de gras quotidien.
Une écriture fine, juste et précise.
Un livre « Un livre prix CoPO 2015 ».
http://lecitrongareeditions.blogspot.fr/


*
BD

Titre : Rouge Petite Princesse Punk
Auteur : Johan Troïanowski
Editeur : Makaka
Année de parution : 2 015
Rouge gagne ses lettres de noblesse dans un magnifique album cartonné grand format. On y retrouve la palette colorée de son auteur, son univers magiquopoétique tout en légèreté, rêverie et bonté. C’est bourré de références discrètes, petits clins d’œil bien agréables à surprendre. Chaque livre s’inscrit ou devrait s’inscrire dans une histoire, celle des livres, Rouge y réussit parfaitement.
Un tome 2 est en préparation… Un personnage et un auteur à suivre !
Un univers particulier, ça change des convenus.


Album

Titre : C’est fermé
Auteur : Duval Mc
Illustrations : Caroline Dalla
Editeur : L’initiale
J’ai croisé cet album au festival de Mouans Sartoux. Un peu avant l’ouverture. J’ai éclaté de rire. C’est rare qu’un album me donne cet éclat là. C’est drôle, simple et efficace. Je l’ai amené en classe. Succès. Dès que je le ramène chez moi, les élèves le réclament.
Bref, c’est excellent !

http://linitiale.fr/pages/3-collections/l-agreable.php#main

*
Titre : C’est pas ça
Auteur : Duval Mc
Illustrations : Caroline Dalla
Editeur : L’initiale
Année de parution : 2 016

Comment le conteur s’embrouille… une salade, des hésitations… C’est drôle et sympathique. Ça fonctionne bien. Un livre, c’est pas forcément ennuyeux ni prise de tête et les histoires, c’est pas toujours des histoires. Un peu de fraicheur, ça irrigue les neurones.
A mettre dans toutes les bibliothèques jeunesse et autres bcd de la maternelle au primaire.
http://linitiale.fr/pages/3-collections/l-agreable.php#main
*
Titre : Le chemin d’Antonin
Auteur : Catherine Leblanc
Illustrations : Audrey Pannuti
Editeur : éditions L’initiale
Année de parution : 2 014

Antonin n’a qu’une idée en tête (on la découvrira en fin d’album, y aller, et il y va d’un bon pas. Ce garçon a aussi un cœur énorme, il rend service à tous ceux qui lui demandent. Il ne sait pas dire non…
Une petite fable qui vient à point pour montrer au lecteur que si rendre service est  agréable et bon, savoir se centrer ce qui est important pour soi l’est également. S’aimer permet d’aimer.
Au quotidien c’est une question d’équilibre.
Un petit livre à lire en classe dès le ce1 et au-delà, histoire d’amorcer une réflexion commune et/ou personnelle.

http://linitiale.fr/pages/3-collections/philo-et-citoyennete.php#main


Roman
Titre : Empreinte digitale
Auteur : Patrice Favaro
Editeur : Editions Thierry Magnier
Année de parution : 2 016
Le George O’, un bar de quartier comme on n’en fait plus… dans ce futur proche qui ressemble déjà à notre présent. Un bar sans vidéo surveillance (pour votre sécurité), sans agent de sécurité ; juste un endroit où le patron vous appelle par votre prénom : Ramzi, un étudiant, par exemple dont les horizons se rétrécissent dans la première nouvelle de ce recueil de quatre (pour votre sécurité)…
Le patron prend sa retraite, le temps passe… le George O’ devient un squat, sorte d’ilot de résistance, militant, équitable et bio ; café philo et poésie… puis la Police le mure. Comme ça, c’est fini. Paris est quadrillé par des drones de surveillance à reconnaissance faciale.  Tout va bien, on continue la lecture : souriez, vous êtes filmés.
Le temps passe encore et la mémoire du monde s’informatise à tout va. Le bar du quartier rouvre ses portes sous le nom du G.O. et on va suivre l’ascension d’un jeune homme doué… Les ponts entre le passé papier et le présent numérisé sont rares mais existent encore sous contrôle, bien sûr. Les villes commencent à se terrer sous bulles : réchauffement et dérèglement climatique…
Et on approche de la fin de ce livre que tout cdi et toute bibliothèque offriront à lire aux lecteurs de tous âges tant les questions soulevées sont actuelles. Un livre à ranger sur la meme étagère que 1984, farenheit 451 de Ray Bradbury , Liv3 de Christian Grenier etc.
http://www.editions-thierry-magnier.com/9782364748071-l-patrice-favaro-empreinte-digitale.htm
*
Titre : La tour de l’étoile
Auteur : Emmanuelle Delafraye
Editeur : éditions du Jasmin
Année de parution : 2 016

Un autre monde. Un enfant. Un oncle. Et le va et vient de l’un à l’autre. Avec une quête à trois épreuves. De l’océan. Tous les ingrédients et la fiction prend le lecteur. Un voyage initiatique d’où le héros (et le lecteur) sort grandi !
Une histoire, « j’aime qu’on me raconte des histoires » m’avait dit un jour un ado à Montreuil. Emmanuelle raconte une histoire et nous embarque à bord de l’Hirondelle des Mers ! Laissez-vous embarquer à votre tour !
Un beau cadeau à faire ou à se faire en prévision des après-midi d’été.



 

Advertisements