Service de presse n°38

Service de presse n°38

Traversées a reçu :

Les recueils suivants :

  • Abreuvements nécessaires,

Olivier Vanderaa, poèmes, éditions M.E.O., 2015.

  • Né en 1962, Olivier Vanderaa, poète slameur, participe à de nombreuses scènes ouvertes, tournois et festivals de poésie, avec pour thématiques récurrentes les chemins de vie, amour/désamour et fortune, anciens et nouveaux dieux, sexe, mort et renaissance. Il écrit également de la docu-poésie et des poèmes à deux voix. Depuis peu, il se produit sous une formule Spoken Word, Chambres Habitables.

Il a également pratiqué la prise de son pour le film de fiction et le documentaire, la photographie en tant que langage plastique et l’exploration de contextes urbains à l’aide des Nouveaux Médias (Médias locatifs).

Abreuvement nécessaires est son premier recueil publié.

  • Au sud de nos nuits magnétiques,

Kenzy Dib, prix Alain Lefeuvre 2009, éditions les poètes français, Paris, 2009.

  • Kenzy Dib est né le 15 novembre 1949 en Algérie. En 1972 il rencontre le poète Abdallah Bensmain avec qui il fonde « la poésie du Terrain vague ». Dès 1974 il est à Alger où il fait ses premiers pas dans le journalisme avec le supplément culturel d’El Moudjahid dirigé à l’époque par Mouloud Achour et se lie d’amitié avec des poètes comme Ali Beloutti, Abrous Outoudert, Farid Mammeri, Hamid Tibouchi et bien d’autres. Il est titulaire d’une licence en sciences économiques obtenue à l’université d’Alger en 1976.
  • Bateau de papier,
  • Olav H. Hauge, éditions Erès, 2014, bilingue norvégien-français.

    Il y a beaucoup d’écueils

    dans la mer.

    Pourtant

    c’est un écueil qui t’a sauvé.

    • Vie de paradoxes, en effet, que celle du « jardinier d’Ulvik », homme simple qui partagea sa vie entre écrire et cultiver ses pommiers ; autodidacte sédentaire qui a lu, traduit et commenté les plus grands poètes étrangers ; qui, s’étant heurté pendant 30 ans aux « écueils » de la schizophrénie, a néanmoins publié une quinzaine de recueils et est aujourd’hui célébré par la Norvège comme une gloire nationale. un homme que, sans doute, « l’écueil » poésie aura « sauvé »…

    Cette sélection de 28 poèmes brefs de Olav Håkonson Hauge (1908-1994) a été établie et traduite du norvégien par Anne-Marie Soulier. La photo est due à Sandrine Cnudde

    • Le bleu du martin-pêcheur,

    Haïkus, 88 textes, 88 auteurs, Anthologie trilingue ; illustrations de Line Michaud ; traductions à l’anglais : Alan Fell ; traductions à l’espagnol : Isabel Asúnsolo ; éditions L’iroli, 10, place du Plouy Saint-Lucien à F-60000 Beauvais ; www.editions-liroli.net; 2009.

    • L’humain sera toujours surpris par les plumes. Dans ce livre, 88 auteurs, la plupart contemporains, disent en Haïku leur rapport à l’oiseau. Au-delà de la fulgurance de la découverte, c’est la relation au monde, à l’amour, à la mort qui est suggérée pour le plaisir du lecteur.

    Court poème né de l’observation, le Haïku est une réflexion sur la vie intérieure et extérieure, l’unique et l’universel.

    • Dépli,

    Alfredo Costa Monteiro, éditions Erès (33, avenue Marcel Dassault à F-31500 Toulouse), 2014

    www.editions-eres.com

    • Dépli est un poème dans lequel les trois langues constitutives de l’identité de l’auteur – portugais, espagnol et français – s’entremêlent, s’entredisent sans jamais s’interdire.

    Le texte se compose de bribes agencées selon une combinatoire construite sur la sonorité des mots. Poussé dans ses retranchements phonétiques, le langage, dans un premier temps, semble perdre sens. Mais bientôt se profile une autre langue, étrangement sonore, une langue qu’on dirait tout droit sortie de l’inconscient de son auteur et qui ouvre à une autre communication possible, éminemment poétique.

    Dépli se présente sous les deux formes complémentaires d’une partition de mots et d’un enregistrement audio du texte par l’auteur, sur mini CD.

    Alfredo Costa Monteiro est né à Porto (Portugal) en 1964. Après des études à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, où il obtient un diplôme en sculpture/multimedia avec Christian Boltanski, il s’installe à Barcelone, en 1992.

    Son travail englobe les arts visuels, la poésie visuelle/sonore et le son. La plupart de ses pièces, aussi bien compositions et improvisations sonores qu’installations, vidéos et poèmes sonores ou visuels, souvent de facture domestique, sont faites de processus instables, de contraintes conceptuelles et de formes à la simplicité souvent déroutante ; des processus en général imprégnés d’un fort caractère phénoménologique.

    Depuis 2001, il travaille au sein de différents projets de musique expérimentale et improvisée, collaborant avec musiciens, chorégraphes, vidéastes et poètes.

    • Le futur inversé d’une attente,

    Henri Rodier, éditions Clapas, collection Franche Lippée, 2015, 8 pages.

    • Le livre de la peur,

    Igor Lukšić, poésie, traduit du monténégrin par Jasna Šamić et Gérard Adam, éditions M.E.O., 2015.

    • Igor Lukšić, né en 1976, est un homme politique, économiste et poète monténégrin. Parlementaire, depuis 2001, il a été Premier ministre, ministre des Finances, et a représenté le Monténégro au sein de la Banque mondiale. Il est aujourd’hui ministre des Affaires étrangères, chargé des négociations en vue de l’adhésion du Monténégro à l’Union européenne.

    Après Le livre du sourire, Le livre de la peur est son deuxième recueil. L’ouvrage a été traduit en italien.

    • Mélange de vers et de proses poético-philosophiques, ce Livre de la peur cherche à réconcilier douleur, amour et sagesse. Il exprime les contradictions angoissantes d’un homme public qui oscille entre l’extériorité nécessaire à sa fonction et son intériorité profonde, entre le masque qu’il est obligé de porter et un besoin fondamental d’authenticité. En constant dialogue avec la part obscure de lui-même, l’auteur affronte les pièges intimes de son moi, la véritable identité, la fausseté de l’Ego, les existences parallèles dans un même individu, le rapport à la morale, à l’inconscient, voire au sacré.
  • Nuit frontière,
  • José Havet, éditions Azimuts, 2013

    • Dans ce premier recueil, José Havet réfléchit sur le sens d’une vie, les itinéraires choisis ainsi que sur diverses dérives des temps présents. Ses poèmes, dont l’écriture est souvent rugueuse, mais toujours maîtrisée, associent émotion et sens, transparence et lucidité, maturité et révolte.

    Né à Waterloo (Belgique) en 1937, José Javet détient une Licence en sciences sociales de l’Université libre de Bruxelles et un PhD en sociologie de l’Université de Pittsburgh. Il a enseigné en Bolivie, à Porto Rico et principalement à l’Université d’Ottawa (1980-2003). Parallèlement, il a fait paraître des poèmes dans diverses revues, entre autres Marginales, Liberté et l’Apropos, ainsi qu’une étude consacrée au poète belge Louis Daubier.

    • Oncologie du temps,

    Bruno Ajignon, éditions Clapas, collection Franche Lippée, 2015, 8 pages.

    • Paroles pour les silences à venir,

    Louis Bertholom ; préface d’Alain-Gabriel Monot, éditions Sauvages.

    • Chez Louis Bertholome, la pensée, féconde, directe, presque brutale, y court, galope, aspire à la densité, à la profondeur, à l’essentiel ; le propos est toujours lapidaire, pierre écrite, il nous donne des forces neuves. Il défie les brumes basses. Je lui sais gré, immense gré, de sa haute manière où ni l’accablement, ni la victoire de l’obscur ou du vide n’ont de part.

    Extrait de la préface d’A.G. Monot

    • Un voyage entre le songe et la route, les fantômes et la lumière, afin de dire le silence et la source où se mêlent coups de gueule, petits bonheurs et la profonde empathie qui souligne un amour immodéré des êtres et de la vie.
    • Soleils au monde,

    Anna Roques-Sanchez ; encres de Laurent Arévalo ; éditions SNNOT, 53, Boulevard Montebello à F-81000 Albi ; collection Revers ; 2015.

    • Tout en chemin faisant…,

    Roland Jourdan, éditions Thierry Sajat, prix du cerf-volant 2014, 117 pages.

    • La ventolière en plastique,

    Marius Chivu ; traduit du roumain par Fanny Chartres ; illustrations de Dan Stanciu ; publié grâce au soutien de l’Institut culturel roumain ; éditions M.E.O., 2015.

    • Marius Chivu, né en 1978 à Horezu (Roumanie), écrivain, traducteur, journaliste, critique littéraire, est rédacteur en chef des revues Dilemateca et Dilema Veche. Il a traduit les œuvres d’Oscar Wilde, Lewis Carroll et Tim Burton.
    • Publiée en 2012, La Ventolière en plastique (Vintureasa de plastic), immédiatement remarquée par la critique roumaine, a obtenu le Prix de la meilleure première œuvre poétique décerné par l’Association des Ecrivains de Roumanie, ainsi que le Prix de la revue Observator Cultural. Ces poèmes d’une grande sensibilité sont dédiés à la relation entre un fils et sa mère, paralysée et amnésique après un accident vasculaire cérébral. C’est un merveilleux chant d’amour filial, avec des associations de mots et d’images d’une grande intensité émotionnelle.
    • Fanny Charles, professeur-documentaliste et traductrice installée à Bucarest, a traduit une dizaine d’œuvres du roumain en français (romans, nouvelles, poésie, théâtre, essais), pour le Mercure de France, les éditions du Chemin de fer, le Corridor bleu ou les Editions théâtrales. Elle a également assuré le sous-titrage de nombreux films roumains primés dans les plus grands festivals (Berllln, Cannes…)
    • Dan Stanciu, dessinateur, graphiste et poète, né en 1952 à Lugoj, en Roumanie, et formé à l’Institut des Beaux-Arts de Bucarest, a contribué à l’illustration de nombreux livres.
  • Vos discours ne passent plus,
  • Thierry Radière, Mi(ni)crobe # 48, 2015.

    • Avec Vos discours ne passent plus, Thierry Radière revisite le poème engagé, enragé, dérangeant.

    Il ose le poème qui fait crisser les rails du traintrain politico-socio-économique.

    Il ose et ses vers filent, effilés, efficaces comme des embardées, pour dire son dégoût d’une société dirigée par l’argent et le cynisme.

    Son coup de gueule est un cri contrôlé. C’est un appel à prendre les larmes, avec recul,

    pour mieux sauter.

    Paul G.

    Les revues suivantes :

    • Art et poésie de Touraine,

    n°221, été 2015

    revue trimestrielle

    296, boulevard Charles de Gaulle à F-37540 Saint-Cyr-sur-Loire

    prix de la presse poétique 2007 de l’UPF

    prix de la presse poétique 2008 de la SPF.

    Association fondée en 1955

    (Nicole Lartigue)

    • Athena, 

    n°312, juin 2015

    le mag’ scientifique

    www.athena.wallonie.be

    • La braise et l’étincelle,

    n°117, 15 mai 2015

    Journal bimestriel indépendant au service de la francophonie (membre de l’Union des Poètes francophones)

    Arts – lettres – poésie – échos

    7/2, rés. Marceau-Normandie, 43, avenue Marceau à F-92400 Courbevoie ;

    yvesfred.boisset@papas.info

    http://yves-fred.over-blog.com

    (Annie et Yves-Fred Boisset)

    • Le carnet et les instants, 

    Lettres belges de langue française, bimestriel

    Bd Léopold II, 44 à B-1080 Bruxelles

    carnet.instants@cfwb.be

    (Laurent Moosen)

    • Comme en poésie

    (n°63, septembre 2015, 84 pages A5

    Revue trimestrielle de poésie

    2149, avenue du Tour du lac à F-40150 HOSSEGOR

    j.lesieur@orange.fr

    http://perso.orange.fr/jean-pierre.lesieur

    (Jean-Pierre LESIEUR)

    • L’écritoire de Bousserez, np, A4

    (n°90, septembre 2015)

    L’écritoire de Bousserez rassemble des personnes aimant écrire, échanger des idées, jouer avec les mots…

    Femmes dans la guerre

    91, rue de Bousserez à B-6769 Sommethonne

    irene.jacques@live.be

    (Irène Jacques)

    • Le Gletton

    (n°469, mensuel de la Gaume et d’autres collines ; 28 pages)

    28, rue Saint-Martin à B-Villers-sur-Semois ;

    micheldemoulin@yahoo.fr

    (Michel Demoulin)

    • Handshake,

    n°91, 2015

    5 Cross Farm, Station Road North Fearnhead, Warrington, Cheshire, WA2 0QG, England

    (John F. Haines)

    • Inédit nouveau,

    n°273, mars-avril 2015 ; n°274, mai-juin 2015

    avenue du Chant d’Oiseaux, 11 à B-1310 La Hulpe

    0032 2 652 11 90

    (Paul Van Melle)

    • L’intranquille,

    Revue de littérature

    Atelier de l’agneau éditeur, 1, Moulin de la Couronne à F-33220 Saint-Quention-de-Caplong

    • Microbe,

    n°91, la revue forgée à la force du poignet, septembre-octobre 2015

    ericdejaeger@yahoo.fr

    (Eric Dejaeger)

    • Poésie sur Seine, 

    (n°89, août 2015, revue d’actualité poétique ; 111 pages ; Les poètes du XXIème siècle : l’invitée Cécile Oumhani, présentée par Brigitte Gyr ; Tes yeux, poèmes choisis ; Les grands de la littérature française : Verlaine III : un faux vieillard, par Antoine de Matharel ; Hommage à André Malartre, par Jean Chatard ; Poètes à l’honneur : Francine Caron, Danièle Corre, Bernard Laroche, Maurice Lestieux ; Et si on parlait poésie ? La poésie sauvera le monde, essai de Jean-Pierre Siméon, par Jean-Paul Giraux ; Poèmes en liberté ; Club de poésie jeunesse, par Danièle Corre ; Le coup de book : Tes yeux dans une ville grise – Les yeux plus grands que le ventre, romans présentés par Dorothée Huron ; L’actualité poétique par les livres, par Jean-Paul Giraux et Antoine de Matharel ; Coup de cœur à Antoine Matharel ; Le monde des revues poétiques : les choix d’Eliane Demazet – La chronique de Marie-Laure André-Bourguet ; Emile Verhaeren au musée des Avelines à Saint-Cloud…).

    13, Place Charles de Gaulle à F-92210 Saint-Cloud.

    www.poesie-sur-seine.com

    (Pascal Dupuy)

    • Portique,

    n°99, juillet à septembre 2015

    revue de création poétique, littéraire et artistique de l’Union des Poètes francophones

    Mairie à F-84110 Puyméras

    http://portique.jimdo.com

    http://poesievivante.canalblog.com

    (Chris Bernard)

    • Septentrion, Arts, Lettres et Culture de Flandre et des Pays-Bas,

    (44ème année, n°3, septembre 2015 : revue éditée par l’institution culturelle flamando-néerlandaise « Ons erfdeel vzw » … beaucoup d’articles et chroniques très fouillés)

    Murissonstraat 260 à F-8930 Rekkem.

    +32 (0) 56 41 12 01

    www.onserfdeel.be

    www.onserfdeel.nl

    http://septentrionblog.onserfdeel.be

    (Luc Devoldere)

    Publicités