François de Cornière : « Nageur du petit matin »

 

François de Cornière : Nageur du petit matin (Le Castor Astral éd., 2015), 170 pages, 13 euros – 52 rue des Grilles – 93500 Pantin ou castor.editeur@wanadoo.fr

9791027800377_1_75Ce livre, tous les amateurs de poésie l’attendaient avec impatience. Malgré « Ces moments-là », choix de poèmes paru en 2010 chez le même éditeur, aucune trace de la poésie de François de Cornière au sein des revues ou des anthologies. Ce long silence qui durait depuis plus de dix ans, tout le monde en connaissait la cause. Pour inviter chacun à lire ce recueil, on aurait pu s’en tenir à reproduire la 4° de couverture écrite par l’auteur lui-même. Cette quinzaine de lignes est d’une troublante sincérité et d’une rare puissance évocatrice. Il a fallu, on le devine, une sacrée force de caractère pour dépasser les douloureuses épreuves pour « ne pas sombrer. Et tenir le cap ». En effet, pendant de longues années, l’auteur a accompagné sa femme (« mais elle aussi m’accompagnait » écrit-il) dans sa lutte contre un impitoyable cancer. Toutes les étapes de cette descente aux enfers sont abordées avec une tenace volonté entretenue par une forte addiction à la nage en océan. Chacun des 76 poèmes de ce livre a un rapport direct avec le milieu océanique, véritable liquide amniotique où baigne le poète pour lui permettre de résister et de retrouver malgré tout « une douce envie de vivre ». Oui, chacun de ces poèmes marque une étape dans ce long chemin de croix : « Pour toi qui dors encore / je nage ce matin / le soleil derrière moi / comme un qui veut gagner / – et se perdre avant toi. » Ce livre, écrit avec élégance et rigueur, est un témoignage humain d’une rare authenticité et un bel exemple de résilience poétique.

©Georges Cathalo

Publicités