Anne MOSER Jean Louis BERNARD, Accueil de l’exil, Éditions 2 Rives, Les Lieux Dits

Chronique de Nicole Hardouin

 Anne MOSER   Jean Louis BERNARD, Accueil de l’exil, Éditions  2  Rives, Les Lieux Dits

Dans les accords mutiques de notes secrètes s’effruitent un passé, palpitation de l’invisible,  qui ne se solde pas : échos du vivre de Jean Louis BERNARD. Pour retrouver la proue d’un désir perdu, donc à portée de songes, le présent déchire ses drapés, nous portons en nous/ de si nombreux minuits.

          Si l’Exil est dans le verbe, franchir le seuil est toujours dangereux, le dragon veille c’est pourquoi J.L Bernard brûle son souffle pour en renaître enroché dans l’espace impensable/du monde / l’enfance et ses fontaines … / de gris et d’encre/à l’orée des pierres. Là, ses images n’hibernent jamais, elles sont la structure même du poète, il s’y tient debout, droit dans la courbure de ses marées ancestrales où sirènent des laines d’éternité, griffures d’un avenir logé dans un passé. Enracinement de l’errance.

Accueil de l’exil s’ouvre dans les annelures du serpent, pas le tentateur non, celui qui entré par les portes du sang nous enseigne la sagesse, celui qui est prêt à se tenir debout comme avant la fracture initiale cherchant la réintégration au grand Tout, c’est la quête du poète célébrant la foudre aux ongles de l’initiée. Jean Louis Bernard sorcier, sourcier conduit le lecteur dans son infinitude, dans le flux des courants du cosmos et des cavernes.

Les images se corporifient lorsque le poète cristallise les mots, coagulation, souffre rouge, sceau, vibrations lumineuses, incandescence dans sa danse des ombres. Mais la sarabande n’est jamais terminée, page à pas les mailles se tissent dans la grotte, élixir d’errance/assomption de l’immense/jusqu’à l’infime,  il lance ses dés, les laissent rouler dans le monde d’hier dont il rhabille la nudité. Il se tient sur l’axe de la balance surveillé par la déesse Mât, il en est le disciple. Montant, descendant dans un jeu de marelle jamais  inachevé, distance-séparation, distance-reliure,  il pousse par degrés ses méreaux, Mère-Eau, mots-peaux dont il dégage le sillage imperceptible et prégnant, la lourde légèreté de l’Essentiel, le feu secret de l’Esprit qui vit dans la matière et se répand dans l’exil de l’asile.

J.LBernard va jusqu’au sang des gerbes moissonnées en conjuguant le ressac de ses bûchers dans la présence de l’effacement. Démiurge, il fait tressaillir la pierre et crépiter la crête du feu dans la dissolution de l’instant sans nom. Ses sources ne coulent que par sa soif qui rançonne nos solitudes, dans l’urgence de la lenteur.

Chez J.L Bernard le feulement du sillage  est plus prégnant que le réel, l’ombre plus visible que la lumière et le feu a des avant-goûts de cendre prête à germer. Son exil est un asile aux tentations poreuses, ouverture sur l’entre-monde cartographie ultime du désir.

Les coulées-serpentaires du peintre Anne Moser enroulent les mots du poète, reflets-miroirs en parfaite osmose, c’est un jeu désirant ou infusent  déjà/ les regrets à venir.

                                    ©NICOLE HARDOUIN

Publicités

2 commentaires sur “Anne MOSER Jean Louis BERNARD, Accueil de l’exil, Éditions 2 Rives, Les Lieux Dits

Les commentaires sont fermés.