Blandine de Caunes, L’involontaire, Phébus Littérature française (15€ – 157 pages)

Chronique de Nadine Doyen

index

Blandine de Caunes, L’involontaire, Phébus Littérature française (15€ – 157 pages)

Ce roman paru en 1976 n’a pris aucune ride, les turpitudes du cœur étant un sujet universel. Dans la préface, Lionel Besnier explique ce qui a donné l’impulsion à la réédition de ce roman. Remercions l’éditeur de nous donner la possibilité de lire, quarante ans plus tard, celle qui s’inscrit dans la lignée de Françoise Sagan et de Louise de Vilmorin pour « sa liberté de ton et de pensée» : Blandine de Caunes.

Le récit déroule un triangle amoureux atypique. Pour la jeune héroïne de vingt ans, Jane, le cœur balance. Comment résoudre son dilemme ? Écartelée entre deux hommes, quelle liaison privilégier ? La passionnelle, fusionnelle qu’elle a nouée avec Gilles, champion de lutte, au corps d’éphèbe ou la platonique mais vénale avec Bertin, un barbon de 78 ans, « vieillard abîmé » ?

Le lecteur suit donc en alternance, les retrouvailles de Jane avec les deux hommes pour lesquels son cœur oscille. Laquelle de ces relations peut apporter bonheur, satisfaction à Jane et non frustration ? Mais sait-elle ce qu’elle veut au juste ?

Ses expériences accumulées vont lui faire prendre de la distance. N’a-t-elle pas croisé d’autres hommes « consommables » ?

L’auteur explore la passion amoureuse, la dépendance, l’amour qui transcende ou cabosse, mais aussi les affres de l’absence, du manque, du vide qui habitent son héroïne après chaque séparation. « Elle a mal à Gilles ». Cette souffrance la plonge dans l’introspection et le questionnement. Peut-on aimer un homme qu’on voit peu, qui ne partage rien intellectuellement ? L’incertitude la mine. Cette solitude, peuplée de souvenirs heureux engrangés, commence à peser sur Jane qui s’en épanche auprès de son amie et confidente Liline, « toute noire à l’âme toute blanche ».

Les passages relatant les étreintes, les baisers, les scènes d’amour flirtent avec l’érotisme, la sensualité, le mystère quand Jane suggère à Liline de regarder par le trou de la serrure. On se croirait devant le tableau de Fragonard Le verrou. Des propos parfois très crus peuvent choquer les esprits chastes.

Le récit bascule quand Jane prend la décision de rédiger une lettre de rupture, destinée à Gilles. L’enverra-t-elle, vu son atermoiement ? N’a-t-elle pas choisi d’attendre quelques jours supplémentaires ? Va-t-elle réussir à « mettre Gilles à la poubelle » ? Il lui resterait alors l’emploi « d’escort-girl » auprès de Bertin qui la trouve « divine ». Mais un tel ersatz peut-il épanouir une si jeune femme ?

Avec Bertin, « son tiroir-caisse », Jane voyage, découvre le luxe, profite de ses largesses, s’enthousiasme pour les visites de musées mais commence à s’irriter de certains de ses comportements. Son manque d’hygiène lui donne la nausée, et ses privautés l’insupportent. Un esclandre va précipiter le retour de Jane, donnant une accélération au récit. Voilà Jane, taraudée par le remords et la culpabilité, confrontée à la maladie de son bienfaiteur. Elle se confie dans une longue lettre à Liline, désormais détentrice d’un secret de sa « Janou », de sa « p’tite garce », et témoin de son dédoublement de personnalité. Jane ne veut plus être la potiche qu’on exhibe !

Blandine de Caunes aborde dans les pages finales, à travers Bertin, la déchéance, la déliquescence du corps, le naufrage de la vieillesse. La vieillesse, un état d’esprit ?

La romancière développe une réflexion autour de la mort, de l’inexorable finitude de l’être humain, de « l’inacceptable », s’interrogeant sur ce qui reste d’une vie, sur l’attitude la plus respectueuse à adopter vis à vis de celui qui est sur le point de nous quitter, conférant à l’épilogue un moment pathétique et poignant.

Ce qui triomphe, c’est l’incommensurable amitié qui unit les deux femmes Jane et Liline, apportant le côté lumineux à L’ involontaire.

Blandine de Caunes signe la métamorphose de son héroïne, audacieuse, impétueuse, amoureuse, toujours aussi actuelle, passant de l’insouciance à la maturité, au fil de ses désirs, de ses expériences, non sans larmes. Une nouvelle Jane est née, « si terriblement vivante », désireuse de savourer « la musique quotidienne de la vie », les instants miraculeux, comme « le volettement » d’un oiseau », l’air printanier, « le bleu inqualifiable du ciel » et « de rendre des actions de grâce pour ces merveilles ».

« Un livre grave sous ses aspects frivoles », pour son éditeur Lionel Besnier.

©Nadine DOYEN

Publicités