Mirko Kovač

mirko_kovacNous apprenons avec tristesse la mort de Mirko Kovač, un des derniers grands de la littérature ex-yougoslave, décédé ce 19 août à Zagreb des suites d’une « longue et pénible maladie ».
Mirko Kovač était né en 1938 à Petrovići kod Nikšića, aujourd’hui au Monténégro, près de Dubrovnik, à la frontière avec la Croatie et la Bosnie-Herzégovine. Romancier, nouvelliste, essayiste, scénariste, il avait été, sous le régime communiste, tour à tour porté aux nues et vilipendé pour le côté sombre et farouchement individualiste de ses écrits. Opposant de la première heure à Milošević, il avait dû fuir Belgrade après avoir prédit l’apocalypse dans laquelle allaient plonger les peuples de Yougoslavie et s’était installé à Rovinj, en Croatie.
Mirko Kovač a obtenu la plupart des grands prix littéraires en Yougoslavie et dans les pays issus de son éclatement. Il est également titulaire de plusieurs distinctions internationales, dont le prix Tucholsky du PEN-Club de Suède (1993) et le prestigieux prix Herder (1995), au palmarès duquel il figure au côté d’auteurs comme Milan Kundera ou Imre Kertész. Plusieurs de ses scénarios ont également été primés dans des festivals internationaux.
Ses écrits ont été traduits dans plus de vingt langues. Il avait été révélé en 1992 au public francophone par une longue et prophétique interview dans Libération. Les éditions M.E.O. sont fières d’avoir publié la traduction française de son dernier roman, « La Ville dans le Miroir », qu’il considérait comme son chef-d’œuvre, ainsi que, dans « Sublimisme poétique des Balkans, tome 1, poètes de Croatie » des extraits de l’ouvrage auquel il travaillait lors de son décès. Deux autres romans, « La vie de Malvina Trifković » et « Le corps transparent », avaient précédemment paru en français aux éditions Rivages.

Éditions M.E.O.
Avenue Jeanne 10 bte 5
B-1050 Bruxelles
Tel et fax: 32-2-648.04.10
http://www.meo-edition.eu
contact@meo-edition.eu

Publicités