Vampires, cartable et poésie de Sébastien Joanniez – édition du Rouergue janvier 2013. 76 pages, 7 €

Vampires, cartables et poésie

  • Vampires, cartable et poésie de Sébastien Joanniez – édition du Rouergue janvier 2013. 76 pages, 7 €

 

 

« Quand tu dors

(mais tu ne le sais pas)

tu deviens

le quartier général

des papillons »

Armand le Poète

Mes plus beaux poèmes d’amour

 

 

Voilà une très jolie petite histoire, pleine à craquer de poésie et de drôlerie. Le narrateur est un jeune garçon de la Famille Magique, qui raconte comme dans un journal, une semaine et un peu plus de sa vie. La Famille Magique c’est une famille vraiment pas comme les autres, où il suffit de claquer des doigts pour faire ou avoir tout ce qu’on veut. Une famille extraordinaire, où l’on peut croiser lors du Grand Repas, aussi bien Barbe-Bleue et la Statue de la Liberté, la Joconde et King Kong, le Père Noël et les sept nains, Cendrillon et le Petit Prince que Bouddha ou Pachamama et bien d’autres encore. Bon, il y a bien l’Œil de contrôle que ses parents envoient pour le surveiller, mais il n’est pas bien méchant, et ses parents de toutes façons, ils ne sont pas méchants non plus et ils dorment souvent. Normal, quand on est magique, on n’a pas besoin de travailler, mais voilà, notre jeune narrateur lui, ce qu’il veut, c’est aller à l’école comme tous les autres, pour apprendre. Apprendre les mots, les mathématiques et les cris des animaux par exemple.

 

« Bien sûr, je pourrais claquer des doigts et tout avoir par magie. Ce serait simple : mes parents m’ont appris à utiliser les pouvoirs pour avoir la vie facile. (…) Mais je ne veux pas. Je ne veux pas vivre allongé. »

 

Et puis, sur le chemin de l’école, il y a LA fille. Celle qui fait que le cœur s’emballe. Pas Sophie Dumas, non, qui est dans son école.

 

« Je n’aime pas Sophie, moi, mais c’est la seule qui m’aime, la seule à m’apprendre le nombril et le trou des fesses.

 

Elle se jette sur moi pendant la récréation et elle veut jouer à l’amour. »

 

C’est embêtant d’être trop aimé par une fille à l’école, on se retrouver puni à cause d’elle, et puis surtout, ce n’est pas LA Fille. L’autre, celle qui n’a pas de prénom et qui fait de la danse. Celle-là ? Elle donne envie d’écrire des poèmes. Oui, parce que ce qu’il aime aussi, notre jeune narrateur, c’est écrire des poèmes. Il en écrit tout plein et d’ailleurs, tout ce qu’il raconte est beau comme un poème. Ce qu’il va découvrir d’important, c’est qu’avec beaucoup de poésie et un peu de magie, on peut sauver la Fille de sa vie.

 

C’est bien pratique aussi de faire partie de la Famille Magique et ce n’est pas si mal, finalement, de ne pas être tout à fait comme les autres.

 

 

 

©Cathy Garcia

 

 

Sébastien Joanniez
Sébastien Joanniez

 

 

D’abord urbain, auteur dramatique, comédien, metteur en scène, puis RMIste, puis romancier, publié, poète, subventionné, puis néo-rural, puis père, mari, traduit, puis père encore, Sébastien Joanniez est né en 1974.

 

Aux Éditions du Rouergue : Marabout d’ficelle (2002, roman) – Terminus Noël (2002, roman) – C’est loin d’aller où (2003, roman) – Même les nuages je sais pas d’où ils viennent (2005, roman) – Entrez (2010, poésie) – Noir grand (2012, roman) – Vampires, cartable et poésie (2013, roman) – J’aime pas ma sœur (2013, récit) / Aux Éditions Sarbacane : Je fais ce que je peux (2004, poésie) – Fred et Fred (2005, poésie) – Treizième avenir (2006, roman) – Camping (2014, poésie) / Aux Éditions Espaces 34 : Des lambeaux noirs dans l’eau du bain (2005, théâtre) – Désarmés (2007, théâtre) – Le petit matin de mourir (2010, théâtre) / Aux Éditions Color Gang : Trop tard c’est bientôt (2007, théâtre) – Dans quels déserts tu ranges tes soifs ? (2007, théâtre) – Cluemo (2010, essai) / Aux Éditions Poivre et Sel : Animalerie (2013, BD).

Publicités