Lectures de Patrick JOQUEL

Octobre 2012

Poésie :

Titre : J’aurais dû prendre des photos
Auteur : Yves Artufel
Editeur : Gros Textes
ISBN : 978-2-35082-201-3
Année de parution : 2012
Prix : 6€

Ça commence par de courts poèmes. Mélancolie. Tendresse. Ces instants où le silence nous surprend et nous pose sur le cœur une des ses feuilles d’automne… Lumière et suspension. Emotion.
Ça continue avec un long poème Un jour n’importe qui pourrait peut-être comme ça sans raison dormir contre une roue de moissonneuse batteuse… Un long poème à lire à haute voix. Comme il a été peut-être créé, au volant d’un voyage retour…
Ça se poursuit avec Trois fois rien dans les mains… Si peu et la voix de Yves qui captive. Qui prend. Et qui emmène sur des sentiers de nostalgie avec ce petit sourire que donne au visage le dérisoire…
Ça s’ensilence ensuite avec des poèmes d’après la séparation. La solitude… mais parlons d’autre chose comme l’écrit Yves avant de revenir à ces courts poèmes, saisis sur l’instant et qui pirouettent sur l’éphémère des jours qui passent si vite et qui nous vieillissent avant de nous lâcher. J’aurais dû prendre des photos.

Album
Titre : Mya et le mot qu’on ne pouvait prononcer
Auteur : Françoise Guyon
Illustrateur : Roger Orengo
Editeur : Grandir
ISBN : 978-2-84166-434-4
Année de parution : 2011
Prix : 14€

Nous sommes en Birmanie. Chez la Dame de Rangoon. Mya ne connait pas son père, emprisonné pour délit de liberté. Une petite fille qui grandit dans l’absence. Qui suit l’itinéraire de chaque petite fille du pays. Et qui s’interroge sur les mots, en particulier les mots Dictature/République…
Les images et le texte vibrent ensemble. Emotion. Réflexion. Les auteurs poursuivent ici leur œuvre sur l’enfance et ses droits. Travail aussi salutaire que réussi à travers toute la collection.
Rappel de quelques titres phares : Karim et la ville poussière, Thi-Them et l’usine de jouets…

 

©Patrick JOQUEL

Publicités