Serge Maisonnier

 
assis devant
la fenêtre à la crémone
 
nos épaules
lourdes de nuages
 
nous regardons
passer nos rêves morts
imbibés de visages absents
 

View original post

Publicités