Eclats de rêves n°51

 

  • Eclats de rêves n°51, deux parutions annuelles, 18 pages A4 ; 4,50€ le numéro ; 10€ l’abonnement annuel ; éditions Le temps de rêver, Rebecca Lorand, 14, rue de la Glacière à F-81600 GAILLAC.

« Vos pères ont-ils torturé en Algérie ?

Vos grands-pères ont-ils dénoncé

Leurs voisins dans les années 40 ? »

demande Rebecca Lorand à tous ceux qui, par désespoir devant la misère qui s’étend et l’impuissance des politiques à arrêter une crise qui en réalité dure depuis plus de trente ans, se laissent convaincre par des idées qui, lorsqu’on prend le temps de les analyser, sont tout à fait indignes.

Revuiste, Rebecca Lorand a choisi La Tolérance comme thème dominant de ce numéro préparé et paru pendant la campagne française de la présidentielle, puis celle des législatives. Il n’aurait pu être plus approprié ! Pour sa part, il prend le parti universel de la Vie.

Parmi les auteurs marquants de ce numéro 51, que leurs poèmes appartiennent ou non à cette veine militante :

  • Ferruccio Brugnaro avec notamment un remarquable Rifiuto delle privatizzazioni – Refus des privatisations,
  • Didier Ober dont les poèmes pleins de conviction se remarquent régulièrement dans La Cigogne,
  • Teresinka Pereira qui mène une carrière poétique internationale, et qui s’investit aussi beaucoup en faveur des Indiens et peuples aborigènes intégrés dans les USA,
  • Michelle Caussat, poétesse et artiste dans le père fut un Résistant de la première heure,
  • Jean-Pierre Hanniet,
  • Ursula Henschel par un conte poétique,

le tout d’une belle diversité thématique et stylistique et accompagné des dessins de Chantal Cros et d’une peinture de Michelle Caussat reproduite en quadrichromie.

Modeste par ses moyens financiers mais grande par sa poésie et son éthique, cette revue est vraiment à découvrir.

◊Béatrice Gaudy

 

Publicités