Les corps fermés, Mathieu SIMONET

 

  • Les corps fermés, Mathieu SIMONET, nanoroman ou eBook, Éditions Émoticourt [R] ( 86 pages) (1)

Dans Les Corps fermés, le narrateur, Mathieu, se retourne sur son adolescence, et analyse en particulier sa place parmi les autres, et sa découverte des corps, pleins de mystères.

On retiendra qu’il s’était retrouvé, en 3ème, dans la catégorie des « coincés moyens ».

De surcroît, l’éducation catholique reçue lui inculque le sens de la générosité et du don, et lui oppose le sexe à la morale.

L’auteur égrène un cortège de souvenirs. Un voyage scolaire à Berlin, ses débuts au théâtre : une révélation pour lui, une opportunité de déverrouiller son corps. Car, jusqu’alors, il « sentait son corps bloqué, incapable de se déployer, de toucher d’autres corps ».

Le récit se centre sur l’éveil des sens et les surprises, les mutations que lui ont réservé son corps, comme s’il découvrait un monde étranger. Quand il se « prend en main », on pense à Daniel Pennac et son éloge de la masturbation.

Il se remémore et revit ses premières fois (première danse, premier baiser, première lettre d’amour) et décrypte ses émois amoureux (première jouissance). Il n’a pas oublié son angoisse face à cette fille racolée par son père afin de le déniaiser, ni le coup monté par Perrine. Sa naïveté fait sourire : « Je bandais sans comprendre pourquoi ». et souligne la carence de l’éducation sexuelle au lycée.

Introverti, il s’était inventé sa bulle. Son monde à lui ? « Le cimetière des graines », peuplé des garçons dont il était amoureux. L’élu du moment devenait dans ses rêves « l’amant d’une nuit ». Toutefois, il tisse des liens d’amitié avec Perrine, « le moteur » du club des « handicapés déglingués ». Un duo dont on suit la métamorphose et l’évolution jusqu’au Bac. On voit le narrateur se désinhiber, se décomplexer.

Les relations se compliquent quand Thibaud vient se greffer sur ce binôme.

Le récit se focalise sur la relation du narrateur avec Thibaud, « ce garçon aux cheveux bouclés » qui l’avait « hypnotisé », lors d’un camp et qu’il retrouve en seconde. En sa compagnie, Mathieu autopsie le mystère masculin : « une tour aux murs froids » renfermant des coffres. Ils se forgent leur langage : « le nougat, l’ennui, le Cap Horn ».

Mathieu évoque son conflit avec sa mère, concédant qu’à cet âge, on est rebelle et enclin à se haïr. Pourtant elle lui offrira la liberté en l’installant dans un meublé pour éviter qu’il change de lycée. Il pouvait alors recevoir Thibaud. Ces « Deux follets » vont s’apprivoiser, se confier, se dénuder, s’aimer, s’embraser, rire, découvrir que leur corps qui « s’accrochaient comme des lierres » est source de plaisir.

Les Corps fermés se clôt par une interrogation pour le lecteur. Les deux protagonistes seront-ils amenés à se recroiser ? Seront-ils capables de supporter le vide, le manque des deux ans d’absence imposés ? Craqueront-ils à nouveau ?

Les corps fermés se lit comme un journal intime, jalonné de désirs, de ruptures, de souffrances, de réconciliations. L’auteur nous fait partager son intimité, ses rêves érotiques, ses nuits magiques, sans tabou. Il nous dévoile sa prise de conscience, à l’adolescence, de son attirance pour les garçons après ses expériences avec les filles. Il nous confie ce grand chamboulement intérieur, ce moment où tout se décida quant à son orientation sexuelle. Un coming out précoce. En fond sonore : Barbara, Higelin.

Mathieu Simonet signe un roman d’apprentissage, dans lequel on retrouve cette sincérité déjà présente dans Les Carnets blancs et La Maternité.

(1) Éditions Émoticourt

24-28, rue de la Pépinière

75008 Paris

http://www.emoticourt.fr

◊Nadine DOYEN

About these ads

Une réflexion sur “Les corps fermés, Mathieu SIMONET

Les commentaires sont fermés.